mercredi 9 avril 2008

Gandrange définitivement condamné par la direction d’ArcelorMittal


Lors de la rencontre à l’Élysée du lundi 7 avril avec le président Sarkozy, les organisations syndicales ont reçu la confirmation officielle de la condamnation sans appel de l’Aciérie et du TAB de Gandrange.


La CFDT et la CFE-CGC ont rappelé au Président que le projet alternatif présenté était crédible et économiquement rentable. Nous aurions souhaité un examen objectif de ce projet. La Direction d’ArcelorMittal lui a réservé une exécution en règle. Ce qui prouve bien que la condamnation de Gandrange n’est pas économique mais uniquement politique.

Lors de sa visite à Gandrange le 4 février dernier, le Président avait pris des engagements forts en faveur de la défense de l’emploi industriel en France. Il a dit : « Mon objectif c’est de garder des usines ouvertes en France. Parce qu’un pays où il n’y a plus d’usines, c’est un pays où il n’y a plus d’économie ». Le projet alternatif pour Gandrange, présentait toutes les caractéristiques pour symboliser le virage que le Président veut faire prendre à la politique industrielle en France.


Hélas, pour Gandrange, le chef de l’État n’aura pas su se donner les moyens de transformer l’essai !

Ce que nous a dit le Président :
Le Président a déclaré avoir compris notre combat pour l’emploi à Gandrange et à Florange. Il nous a confirmé que ni l’État ni le groupe ArcelorMittal n’ont reçu de propositions écrites de la part d’un repreneur et Mittal ne veut pas vendre. Nicolas Sarkozy a mis la pression sur Mittal « Ne vous contentez pas de reclasser les gens, ne vous arrêtez pas au social, il faut un projet pour Gandrange et Florange»


Des investissements pour sauver la face !
Le Président a annoncé la création de 124 emplois et l’investissement de 30 M€ sur le site de Gandrange pour les projets suivants :

  • La création d’un centre de services à Gandrange pour les aciers de la construction ! Nous notons avec ironie que le potentiel du marché de la construction mis en évidence par le projet alternatif est maintenant reconnu par le groupe ArcelorMittal.
  • le développement d’un centre de Traitement de la Distribution des barres, doté de deux nouvelles lignes de transformation ;
  • le développement d’un projet panneaux solaires afin de développer les technologies solaires ;
  • la construction d’une nouvelle installation R&D dédiée aux solutions câble ;
  • un investissement pour le LCB (création de 20 emplois et investissement de 6 millions d’euros compris dans le livre IV).


Un Centre de Formation Technique pour la région Lorraine :
Par ailleurs, ArcelorMittal étudie la possibilité de créer un nouveau Centre de Formation Technique pour la région Lorraine. Au cours des dix prochaines années, environ un tiers de la main d’œuvre industrielle d’ArcelorMittal en France aura atteint l’âge de la retraite. Or, le système de formation actuel ne permettra pas de former en nombre suffisant des personnes qualifiées pour pourvoir ces postes. Le Centre de Formation Technique nécessiterait un investissement initial de 5 millions d’euros destiné à fournir les locaux et les équipements techniques requis pour pouvoir former jusqu’à 120 jeunes. Le cycle de formation durerait deux ans et comporterait une activité professionnelle à temps partiel auprès d’ArcelorMittal. Après obtention de leur diplôme, les étudiants seraient employés par ArcelorMittal ou par ses sous-traitants.
La CFDT et la CFE-CGC actent la prise en compte de ce point clé du projet alternatif mais déplore que cela n’ait pas pu être fait dans le cadre du maintien de Gandrange !


Des investissements pour la Fensch :
Le maintien de l’activité des hauts fourneaux sur le site de Florange au-delà de 2012 sous réserve de la conjoncture économique et de l’obtention des certificats d’émission a été annoncé.
Une étude de faisabilité sera réalisée sur le site de Florange afin de déterminer l’éventuelle capacité du site à accueillir un projet pilote de captage de CO2. Aucune décision de mise en œuvre de ce projet ne sera prise avant d’avoir réalisé une étude de faisabilité géologique.
Des centrales POWEO :
Le Président a également annoncé qu’ArcelorMittal et POWEO préparent un investissement conjoint dans une ou deux centrales électriques sur Florange et Gandrange. Ces projets créeraient 40 emplois permanents par centrale et plusieurs centaines pendant leur construction.

Recherche et innovation.
ArcelorMittal et le gouvernement français ont accepté d’étudier la possibilité de coopérer sur des projets de recherche et d’innovation au bénéfice de la région Lorraine. Une contribution commune d’un montant total de 20 millions d’euros est actuellement en discussion.


De l’impuissance des États face aux multinationales !
La CFE-CGC et la CFDT notent que ce sont bien les actionnaires qui ont le dernier mot et pas l’État ! Mais nous continuons à affirmer haut et fort : notre projet était et reste économiquement crédible. Ce ne sont pas les allégations mensongères des Directions qui changeront notre analyse.

La CFDT et la CFE-CGC remercie tous les militants qui se sont mobilisés au cours de ces derniers mois pour la défense de l’emploi en Lorraine. Merci à tous ceux qui ont su dépasser leur propre cas personnel pour se lancer dans un combat légitime pour trouver des solutions collectives. Car c’est bien de cela qu’il s’agissait. Grâce à nos multiples actions, c'est la création d'une centaine d'emplois qui a été arrachée à Mittal. Le compte n'y est toujours pas, et notre combat continuera pour obtenir autant d'emplois de qualité que le groupe en supprime à Gandrange, tant au niveau des CDI, sous-traitants et intérims. Maintenant, les salariés attendent de leurs organisations syndicales qu'elles négocient un volet social qui garantit à chacun un véritable emploi de qualité en cohérence avec ses souhaits.


Nous n’avons pas à rougir du combat
que nous menons pour Gandrange !
Les seuls combats perdus sont ceux qu'on ne mène pas.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Bravo les gars vous avez fait du bon boulot et dans la dignité. C'est dur à avaler aprés 35 ans dans la même entreprise de savoir que cela va s'arrêter. Mais sincèrement comme la grande majorité des copains, il était temps que le suspens s'arrête parceque à la maison comme au boulot c'était invivable. Merci encore d'avoir tenté tout ce qui était raisonable pour nous!

Anonyme a dit…

Je pense que SARKOSY n'a pas mis tout ce qu'il avait en son pouvoir pour influencer MITTAL. Il est bien plus fort pour se moquer des gens qu'à agir concrétement pour le bien de la région et de ses habitants. Qu'il vienne dans deux moisà l'aciérie on va le recevoir et cette fois ci ce ne sera pas pour son voyage de noçe mais il s'en souviendra quand même.

Yoyo a dit…

Essayez de trouver un article qui traite du sujet dans Libé le Monde ou Rue 89...que dalle! Nos gratte papiers si soucieux de nous rapporter les agitations de N.S. lors de sa visite à Gandrange, et ben ils pensent sans doute que pointer le fait que not'président n'est qu'un bateleur et un hâbleur n'intéresse pas le moins du monde leurs lecteurs...
Ils vont nous remettre ça quand le Petit s'en reviendra à Gandrange (il l'a dit...mais ce qu'il dit...) pour de belles photos et, qui sait, pour saisir la colère "destructrice" des sidérurgistes: "ouais, faut que ça pète, et s'ils pouvaient le séquestrer le Nico, alors là, le top! La une du 20 heures!"
Le devenir des ouvriers et de leurs familles, ça peut intéresser qui, hein? On le voit bien par ailleurs avec tous les licenciements quotidiens qui ont pour effet de faire baisser le chômage! (j'oubliais, il est aussi prestidigitateur le Nico!)...

suivre le lien Yoyo

Anonyme a dit…

Ou sont passé les syndicalistes ROUGES qui donnaient du Mr le président de la République à tout bout de champ dans les tracts, les réunions de CE,de DP. Ils en avaient plein la bouche et ils avaient retournés leur veste, mais pas fou le nico, il allait dans le sens de ce qu'il voulait entendre sur le repreneur. Ca doit faire mal quelque part de s'être fait baisé, alors que les travailleurs eux n'avaient guère d'illusion sur ses intentions. Pourtant ils avaient tous les éléments pour douter, alors que c'est il passé???

Anonyme a dit…

Cela fait des nuits que je dors pratiquement plus, maintenant que je vais enfin être fixé sur mon sort et retrouver une vie de famille un peu plud normale. Si cette attente doit encore durer à cause d'une procédure engager par la CGT je peus vous assurer que je serais avec ceux qui déménageront leur locaux. C'est pas des paroles en l'air, il faut que le suspens cesse sinon ça va pêter!

Anonyme a dit…

bravo pour tout ce que vous avez fait avec beaucoup d'intelligence et de courage dans un environnement difficile (se battre contre sa direction, contre le gouvernement et contre la CGT !!!). Vous avez acquis l'admiration et le respect de tous les militants syndicaux pour ce combat, ne lachez rien dans la suite de la négociation !!!