mardi 5 février 2008

Lamentable !!!

La Ministre de l'Economie poursuit invariablement le brouillage des pistes sur l'avenir de Gandrange. Après moultes déclarations, les unes plus farfelues que les autres, elle sort de son chapeau une nouvelle "connerie".

Cet après-midi, dans les questions au gouvernement, Michel Liebgott interrogeait le 1er Ministre sur les modalités pratiques d'un éventuel investissement de l'Etat. Comment comptait-il s'y prendre ? Evidemment, "Christine" (on va finir par se connaître) répond en lieu et place de François Fillon. Apparemment, ce dossier ne l'emballe guère car il est toujours aussi muet.

Donc, nouvelle autre piste de cette dame qui, cette fois-ci, demande aux responsables locaux de se mobiliser pour éviter la fermeture et pour rechercher des solutions de reprise par d'autres industriels ! De plus, elle a le culot d'affirmer que Nicolas Sarkozy a obtenu 2 mois supplémentaires pour l'élaboration du contre-projet !! Il faisaient quoi les syndicats pendant ce temps, hein ? Ils faisaient quoi ?

Il ne s'agit pas ici de refaire une dissertation sur l'étendue des dramatiques déclarations d'une Ministre assez frappée depuis quelques semaines. Par contre, ce gouvernement doit maintenant avoir une ligne de conduite irréprochable dans leur communication. Il est INTOLERABLE qu'il joue avec une telle désinvolture sur le désaroi des travailleurs.

IL FAUT ARRETER LE MASSACRE !!! L'ETAT DOIT MAINTENANT SE TAIRE ! CA SUFFIT !

Avec qui ont-ils déjà pacté pour se "débarraser" de Gandrange ? Qui est ce mystérieux repreneur que les pouvoirs locaux doivent aider à "sauver l'usine" ? D'où sortent -ils de telles idées ? Du Codeg ? De Grosdidier qui parait-il a envoyé un dossier à l'Elysée ? De qui ? A qui profite le crime ?

Ah, c'est Mittal qui doit bien se frotter les mains et se taper sur le ventre. Jamais, jamais il n'aurait imaginer un tel scénario aussi confortable pour lui. Il finira presque par s'en sortir avec les honneurs si ce scénario persiste. Sans qu'il ne demande rien, les uns, les autres ont créé une alliance objective qui amène à une situation ubuesque où l'on ne parle même plus d'une piste Groupe. Ca c'est fort, çà, jamais le Pdg ne leur sera assez reconnaissant.

Donc, aux uns et aux autres, à Madame la Ministre, au Président de la République, les salariés vous demandent de vous taire... au moins jusqu'en avril. Les pistes sont suffisamment brouillées comme ça pour ne pas en rajouter.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

bien joué....non seulement on s'est fait pièger mais on va se faire b..ser en beauté. Tout est en place pour la dernière scène...le scénario écrit par Mr Mittal, corrigé par Sarko un fameux lundi (qu'ont ils négociés en secret ??), un rebondissement lors d'une réunion avec les syndicats au GESIM (2 mois de répit comme par miracle....), un chevalier blanc qui se profile à l'horizon (russe, indien, chinois, allemand ???), une cacophonie gouvernementale indigeste (voulue ou non ??),le suspense est à son comble. Comme dans certaines sitcoms qui proposent des fins multiples au choix du public j'espère qu'on aura le choix entre plusieurs solutions, mais pour moi je vote pour rester ArcelorMittal même en acceptant le plan industriel actuel, alors vite Jacky and co reprenez les négos avec la DG pour rester maitre du scénario.

Yoyo a dit…

"Donc, aux uns et aux autres, à Madame la Ministre, au Président de la République, les salariés vous demandent de vous taire... au moins jusqu'en avril. Les pistes sont suffisamment brouillées comme ça pour ne pas en rajouter."

A la veille des municipales, ça va être dur!

MICHEL du LCB a dit…

Je souhaiterais rebondir sur l'idée d'un éventuel repreneur. Idée émise à la base par Mr GRENAULT. Non seulement elle n'est pas partagée par une trés grande majorité de salariés, mais elle n'émane pas non plus de l'Intersyndicale! D'autres part la création du CODEG est préjudiciable aux intérêts de l'Intersyndicale car cela brouille les pistes, et si il ne me fallait qu'une ultime preuve de coup fourré sur ce comité de défense pour être sûr que c'est un ramassis de revenchards aigris sur leur années Mittal. Il suffit de regarder où est basée l'adresse de ce comité et à quel nom!!!