mercredi 16 janvier 2008

Communiqué des Syndicats CFDT CGT CFE-CGC d'ArcelorMittal Gandrange






Le mercredi 16 janvier 2008, le comité d’entreprise d’ArcelorMittal Gandrange a été convoqué en réunion extraordinaire avec à son ordre du jour : Remise de documents, suivie d’échanges, en vue de l’information concernant un projet de réorganisation de la Société ainsi qu’un projet de modalités sociales d’accompagnement.
Au nom de l’intersyndicale CFDT,CGT, CFE/CGC, le secrétaire du CE a réaffirmé l’hostilité de l’ensemble des syndicats et du personnel de l’entreprise au projet de démantèlement d’ArcelorMittal qui conduirait, à court terme et si rien ne vient le contrecarrer, à la disparition du site industriel de Gandrange, un fleuron de la fabrication européenne de produits longs de haute technicité et à haute valeur ajoutée. Les syndicats ont à nouveau exprimé leur détermination à voir se pérenniser l’usine de Gandrange avec le maintien de ses mille emplois. Ils estiment que le site de Gandrange est industriellement viable, qu’il dispose de nombreux atouts mais souffre d’une insuffisance de moyens pour renforcer son développement et parvenir à une parfaite maîtrise de ses outils de production. L’incurie de la Direction Générale et les défaillances du groupe ArcelorMittal, à l’égard de sa filière lorraine, sont les principaux responsables des difficultés rencontrées par l’usine de Gandrange.
Ces difficultés, qui ne sont que passagères et provisoires, peuvent être surmontées dans un délai raisonnable. Elles sont liées notamment à un mauvais accueil et une insuffisance de formation des nouveaux embauchés appelés à prendre le relais de salariés expérimentés. Elles sont liées à une embauche insuffisante et elles sont liées à une carence des gros investissements. Le groupe ArcelorMittal, et notamment son président Lakshmi Mittal, n’a pas fait son devoir. Il a failli à ses engagements contrairement à ce qu’il avait indiqué lors de l’achat de Gandrange en 1999 pour un euro symbolique. Le Président du groupe ArcelorMittal n’a pas tenu parole. Il s’honorerait à le reconnaître en décidant d’accorder les moyens et le temps nécessaire à sa filiale pour qu’elle surmonte ses difficultés dans les meilleurs délais et parvienne à solutionner ses problèmes de disfonctionnement des installations, améliorer ses performances et partir à la conquête de nouveaux marchés dans un contexte de croissance européenne et mondiale soutenue.
C’est pourquoi, dans ces conditions et devant la situation rencontrée aujourd’hui, l’intersyndicale CFDT, CGT, CFE/CGC a décidé d’élaborer des contres propositions au projet de la direction. Le CE a décidé de confier à son expert économique, le cabinet Syndex, la réalisation de cette étude.
C’est après l’examen approfondi des éléments communiqués par la Direction aujourd’hui, après la deuxième réunion d’information et la consultation du comité d’entreprise que l’intersyndicale présentera les grandes orientations de ses contre-propositions.
D’ores et déjà, et attendant cette échéance, l’intersyndicale CFDT, CGT, CFE/CGC, appelle l’ensemble du personnel à rester mobilisé et à se tenir prêt, à tout moment, pour répondre aux initiatives de ses syndicats. L’intersyndicale appelle à venir participer, le jeudi 17 janvier à 14 heures à la salle des fêtes de Gandrange, à l’assemblée générale qu’elle organise et où sera débattu de la situation. Elle invite le personnel à débrayer ce jour là dans chaque service.
L’intersyndicale demande également à l’ensemble du personnel de Gandrange de participer massivement au rassemblement de protestation qui se tiendra le 24 janvier 2008 devant le siège du groupe ArcelorMittal à Luxembourg. Les délégués du secteur prendront les inscriptions auprès de chaque salarié qui sera invité à remplir un bon d’inscription en versant une participation de un euro.
L’intersyndicale rendra compte régulièrement de la situation et proposera de nombreuses initiatives pour amener le groupe ArcelorMittal à la raison et lui faire renoncer à son néfaste projet. On ne peut pas impunément condamner à la disparition un symbole de la Sidérurgie Lorraine après avoir tiré profit pendant plus de 8 ans des atouts de l’usine de Gandrange, promis à un avenir par le Président Lakshmi Mittal lors de son rachat en 1999. C’est parce que le site de Gandrange dispose de nombreux atouts, d’une riche histoire et d’un avenir crédible qu’il faut mettre toutes ses forces dans la bataille pour que Gandrange se renforce, se développe et continue d’être un acteur de la Sidérurgie Lorraine, Française et Européenne.

3 commentaires:

christian a dit…

Ancien de Gandrange (1967-1988), j'apporte mon entier soutien à la lutte des travailleurs de l'aciérie, du tab, du lcb, à leur protestation; j'apporte toute ma solidarité à ceux qui sont dans l'inqiuétude et l'angoisse de l'avenir, à ceux qui luttent contre cette dictature du fric qui s'attaque à l'humain de façon si éhontée...Courage à tous.

bob a dit…

de tout coeur avec vous les gars acheter la boite avec 1 euro comme il à fait le pue la pisse d'indien

éric a dit…

ex salarié ispat unimétal à la CC, je suis avec vous, n'hésitez pas à mettre les horaires de rassemblement car si je peux je serai là